compteur de site
1 min lu

Depuis le départ de la junte espagnole centrale pour Badajoz, une administration provisoire s'était mise en place à Madrid et s'efforçait d'organiser la résistance en exploitant les sentiments résolument anti-français de la population. Les autorités ne disposaient que de 6 000 hommes de troupes régulières et d'une centaine de canons dont ils confièrent le commandement aux généraux Morla et Castallar.

Le 2 décembre 1808, Napoléon arriva avec son armée sur les hauteurs dominant la capitale. Les assaillants envoyèrent à deux reprises des parlementaires pour sommer les Espagnols de se rendre mais la junte provisoire les fit éconduire. Deux attaques supervisées directement par l'Empereur permirent aux Français de conquérir la zone du Retiro et plusieurs autres positions clés. Le lendemain, à 17 h, une députation espagnole se rendit au quartier général impérial et fut durement traitée par Napoléon. Les généraux Morla et de la Vera signèrent l'acte de capitulation le 4 décembre à 6 h du matin pendant que l'armée française en grande tenue faisait son entrée à Madrid dans des rues complètement désertes.

Napoléon, apparemment convaincu qu'il était encore possible de soumettre les Espagnols malgré des signes de résistance persistants, s'installa au palais de l'Infantado à Chamartín et fit immédiatement publier une série de quatre décrets administratifs : abolition des droits féodaux, suppression de l'Inquisition, réduction d'un tiers du nombre des couvents et disparition des barrières douanières. Le 7 décembre, l'Empereur fit également émettre une proclamation appelant les Espagnols à se soumettre et à intégrer le système de domination française en Europe.

Source : Wikipedia

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.