compteur de site
1 min lu

Après le consulat à vie établi en 1802, le Conseil d’État, s’inspirant du mythe de Charlemagne, suggère en 1804 l’instauration du régime impérial. Une nouvelle constitution confie le gouvernement de la République à Napoléon Bonaparte, qui devient empereur héréditaire.

Le sacre, dont l’organisation est confiée à Ségur, grand maître des cérémonies, assisté du premier chambellan, Rémusat, est prévu à Notre-Dame. Percier et Fontaine réalisent les décors, faisant de l’intérieur gothique un temple romain, tandis qu’Isabey prend en charge les habits et les poupées costumées destinées aux répétitions. L’acteur Talma entraîne Napoléon à une démarche et à un maintien solennels. Le sceptre et la couronne de Charlemagne sont restaurés ou copiés pour l’occasion, alors que le diamant est enchâssé dans le pommeau de l’épée.

Les futurs empereur et impératrice se rendent à Notre-Dame séparément. Ils reçoivent la triple onction de la main du pape. Napoléon se coiffe pourtant lui-même de la couronne de Charlemagne avant de prêter, à l’issue du sacre, le serment constitutionnel.

Le Sacre de Napoléon (titre complet Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804) est un tableau peint entre 1805 et 1807 par Jacques-Louis David, peintre officiel de Napoléon Ier, qui représente une des cérémonies du couronnement. Imposante par ses dimensions, presque dix mètres sur plus de six, la toile de David est conservée au Louvre. Une réplique quasiment identique commencée en 1808 par David et terminée lors de l'exil du peintre à Bruxelles est accrochée au musée du château de Versailles dans la salle du Sacre. Le couronnement et le sacre ont eu lieu à Notre-Dame de Paris.

On peut reconnaître les portraits de Pie VII, Le Brun, Cambacérès, Berthier, Talleyrand, Eugène de Beauharnais, Caulaincourt, Bernadotte, du cardinal Fesch, du comte Estève, du comte d’Harville, Murat, Sérurier, Moncey, Bessières, Soult, Ségur, Belloy, Mme de la Rochefoucauld, Mme de la Valette, Julie Clary, Hortense de Beauharnais, Elisa, Pauline et Caroline Bonaparte, Louis et Joseph Bonaparte, Kellermann, Lefebvre, Pérignon, Duroc, Rémusat, Junot, Napoléon-Charles Bonaparte, Duroc, Mme de Fontanges, Madame Mère (pourtant absente lors de la cérémonie), la maréchale Soult, Cossé-Brissac, Lacépède, Beaumont, Gravina, Armstrong, Marescalchi, Mohammed Sayd et Cobenzel. David s’est représenté à gauche dans la tribune derrière celle de Madame Mère.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.