compteur de site
1 min lu

La deuxième campagne d'Italie est déclenchée par la reprise de Milan par les Autrichiens. Napoléon et son armée devait surprendre celle du général Melas (Autriche) en passant le Col du Grand Saint Bernard.

Le corps du général Moncey franchit le col du Saint-Gothard et le corps du général Turreau se dirige vers le col de Montgenèvre. Le 18 mai, Bonaparte quitte Martigny et se met en route vers le Grand Saint-Bernard. Les troupes gravissent les monts et acheminent des tonnes de matériel et l’artillerie logée dans des troncs d’arbres évidés pour en faciliter le transport. Le 20 mai, habillé d’un uniforme bleu que recouvre une redingote grise et coiffé d’un bicorne couvert de toile cirée, il monte une mule, et escorté par le guide Dorsaz, traverse le col.

L’artillerie fut retardée au fort de Bard par la résistance des Autrichiens, mais le reste de l’armée fut au rendez-vous de la première bataille importante à Montebello.

Sur le trajet suivi par le Premier Consul et son armée, plusieurs haltes permettent de se souvenir de cette épopée. A Bourg Saint Pierre, dernier village suisse avant le Col ; on peut admirer la lettre de dette de Napoléon envers la commune pour les dégâts causés en la traversant, ce document manuscrit est exposé dans le hall de la Mairie.

Au Col, l’Hospice du Grand St Bernard abrite discrètement la tombe du général Desaix, tombé pendant la campagne d’Italie (mais qui n’avait pourtant pas traversé ce col).

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.