compteur de site
1 min lu

Alors que le reste de l'Europe se lance avec enthousiasme dans la motorisation, la Suisse, comme l'Allemagne, doit surmonter de nombreux obstacles et autres difficultés. Les autorités suisses ont également eu du mal à développer le transport routier motorisé et n'ont pas pu faire face à la situation. En 1902, par exemple, ils ont accordé des concessions provisoires à un certain nombre de sociétés privées, entre autres pour le transport de colis postaux et de passagers. 

Ce n'est qu'en 1906 que quelques fonctionnaires optimistes de la Poste fédérale ont décidé d'acheter trois "véhicules automobiles" en propre. Les fabricants étaient Martini, Motorenwerke Wyss et Saurer à Arbon. Ces véhicules posaient énormément de problèmes, et le calcul coût-bénéfice était plutôt douteux, de sorte que l'administration des PTT a envisagé de ramener l'ensemble du système à des véhicules tirés par des chevaux ou de confier entièrement le service à des entreprises privées.

Pour répondre à ce besoin, l'administration de la poste de Zurich a décidé de confier son service de transport au jeune mécanicien suisse Franz Brozincevic, qui tenait un atelier de réparation à Zurich. En raison des mauvaises expériences avec les voitures déjà en service, Brozincevic a décidé de produire ses propres véhicules. Ainsi, en 1911, trois fourgons de transport ont été construits, qui ont fait leurs preuves et ont finalement assuré un trafic postal régulier.

La photo de la carte maximum montre les trois camions fabriqués par Franz Brozincevic. L'entreprise existe encore aujourd'hui sous le nom de FBW (Franz Brozincevic, Wetzikon) et fait partie du groupe Bührle depuis 1979.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.