compteur de site
2 min lu

Sokól, qui signifie Faucon en polonais, est une marque de motocyclettes polonaises produites avant la Seconde Guerre Mondiale sous la direction de l'ingénieur Zygmunt Okolów. Ces machines étaient destinées à un usage civil autant que militaire. Initialement fabriquées par CWS (Centralne Warsztaty Samochodowe), elles furent ensuite produites par PZInz qui avait repris CWS.

Le nom fut utilisé tout d'abord pour la Sokól 600 RT tourist, mais il est le plus souvent associé à la Sokól 1000, une imposante machine construite en 1936 pour l'Armée polonaise, connue également sous les noms de CWS 1000 et M 111.

En 1927 l'Armée polonaise avait créé un cahier des charges pour une motos destinée à un usage général pour remplacer les Harley-Davidson qu'elle utilisait alors. En 1932 CWS prépara une petite série d'environ 200 machines nommées M55. Ces motos étaient équipées d'un side-car. Bien que pratiquement entièrement copiées sur les américaines (le cadre était celui de l'Harley tandis que le moteur était une copie conforme de l'Indian), elles se révélèrent peu fiables. C'est pourquoi il fut décidé en 1931 de développer une machine totalement nouvelle. Avec des aides de l'Etat, PZInz repris les plans de la M55 et les modifia profondément. La moto devait être fiable, résistante aux mauvaise conditions, au manque d'entretien et facile d'utilisation. Tout ceci fit qu'au final la machine fut particulièrement lourde, même pour sa catégorie. Cependant elle se révéla extrêmement fiable. Mais cette qualité avait son prix et la version civile coûtait 4200 zloty, soit 800 $US en 1939, un prix à peine plus bas que celui d'une voiture moyenne de la même époque.

La production démarra en 1933 et se poursuivi jusqu'au début de la Seconde Guerre Mondiale en 1939. Toutes les pièces étaient produites en Pologne, seulement 5% étaient importées. Sokól maintint le niveau de qualité jusqu'à la fin de la production. A leur sortie d'usine une machine sur dix était entièrement testée et toutes subissaient un test routier et tout-terrain avant leur livraison. Leur longévité se révéla être un grand avantage et la Sokól 1000 se montra beaucoup plus rapide en tout-terrain que ses concurentes américaines. L'une des innovations les plus notables fut le montage souple du side-car qui permettait une utilisation plus facile et une plus grande vitesse hors-route. Le démarrage à froid par -40°C était facilité par des soupapes spéciales à travers lesquelles, grâce à un injecteur, on pouvait envoyer du carburant directement dans le cylindre. Une autre particularité était la poignée d'accélérateur placée à gauche. En effet cette moto étant utilisée principalement par l'Armée, cela permettait au pilote de pouvoir tirer au pistolet tout en conduisant. Jusqu'en 1939 il fut produit 3400 machines.

Sokól 1000 servit aussi de base au prototype Sokól M121, une moto sur laquelle la roue du side-car était motrice. Le moteur fut également utilisé pour une draisine ferroviaire. Un modèle Sokól 200 fut mis en production juste avant la Guerre, mais il n'en fut construit qu'un très petit nombre. Après la Guerre seule la légère Sokól 125 fut remise en production.

Source : Motos de l'Est

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.