compteur de site
2 min lu

Le bloc et le timbre unique de 100 francs chacun, ont été entièrement consacrés à la marque automobile Bugatti. L'édition du bloc-feuillet est particulièrement raffinée, puisque pas moins de cinq Bugatti Type Royal sont représentées, soit la quasi-totalité de la production. 

Portrait largement dessiné de Bugatti en tant que pilote de course et en tant que personnalité. Il ne s'est pas contenté de construire d'excellentes automobiles. Ce génie a également été sculpteur, peintre, architecte, viticulteur et expert en chevaux. La Royale - officiellement répertoriée sous le nom de Type 41 dans la liste de production - était certainement destinée à être une voiture de série, si l'on considère que Bugatti a produit toute une série de ces volumineux 12 cylindres.

Elle coûtait 500 000 francs d'époque, trois fois plus qu'une Rolls-Royce et 25 fois plus qu’une Peugeot 201 ! Ettore Bugatti avait planifié une production de 25 voitures pour les vendre à l'aristocratie européenne mais les événements économiques inattendus de 1929 ruinèrent ses ambitions et sur les 25 prévues seules six furent construites et trois seulement furent vendues, mais pas une seule à un roi !

L’entreprise évita la faillite grâce aux moteurs de Royale finalement produits pour motoriser avec succès technique et commercial (couplés par quatre, pour 800 chevaux) 88 Autorail Bugatti entre 1932 et 1939 .(un des premiers train à grande vitesse du monde, avec une vitesse record du monde de 176 km/h de vitesse de pointe).

Caractéristiques techniques : écoutez et laissez-vous surprendre par ce 8 cylindres,  cylindrée de 11 763 cm3, un seul arbre à cames contrairement à ses autres moteurs, deux soupapes d'admission et une soupape d'échappement par cylindre, une boîte de vitesses à trois rapports, un empattement de 4,3 mètres et une largeur de voie de 1,6 mètre. La puissance était de 300 ch à 1800 tours. Poids 3,5 tonnes, selon la carrosserie. 

Le cabriolet jaune et noir est le seul conçu par Bugatti lui-même et s'appelait "Double Darling de Royales". La voiture se trouve aux États-Unis et a changé de mains ces derniers temps avec des présentations spectaculaires. 

Le cabriolet sportif blanc, initialement conçu par la société munichoise Weinberger, appartenait à un médecin allemand du nom de Dr Josef Fuchs, qui l'a emmené en Amérique en 1933. Malheureusement, la voiture a été re-carrossée et se trouve maintenant au Ford Automuseum à Debora. 

La Royale gris-noir est la célèbre Coupé Napoléon.

La voiture bleue pourrait être de la société Weimann, exposée au Salon Automobile de Paris en 1932. 

Le modèle figurant sur le timbre lui-même est une limousine Pullman avec la carrosserie habituelle et des roues de secours latérales.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.