compteur de site

Alfred Escher, homme politique suisse


1 min lu

Né le 20 février 1819 à Zurich et décédé le 6 décembre 1882, le Zurichois Alfred Escher est la personnalité politique et économique éminente de la Suisse du XIXe siècle. Véritable pionnier, il sut tirer parti de l’essor économique et de la dynamique qui suivirent la création de l’État fédéral.

Les synergies qu’il a créées entre la politique, les chemins de fer, la finance et l’éducation donnèrent à la Suisse un élan insoupçonné. La décision de promouvoir la construction privée du chemin de fer, ardemment soutenue par Alfred Escher, et la concurrence qui s’ensuivit entre les compagnies ferroviaires constituèrent le véritable moteur du développement économique. Pour faire face à cette situation, il fallait des hommes politiques et des représentants de l’économie capables de s’imposer grâce à leur grande influence au gouvernement et au Parlement. Politique et économie durent travailler main dans la main pour relever les défis à venir. Les majorités dont Alfred Escher bénéficiait au Conseil national étaient indispensables pour mener à bien les grands projets d’infrastructure. Le «système Escher» était nécessaire, car il rassemblait les principaux offices et fonctions ainsi que les milieux politique et économique. Alfred Escher savait utiliser son pouvoir et son influence pour le bien de la Suisse, et il contribua de manière capitale à relier le réseau de transport national au reste du monde. Il modela le paysage ferroviaire helvétique de façon décisive, d’une part, en tant que politicien aux niveaux cantonal et fédéral et, d’autre part, en tant que président de la direction des Chemins de fer du Nord-Est, puis de la Société des chemins de fer du Gothard.

Dans le sillage des Chemins de fer du Nord-Est, Alfred Escher fonda également le Crédit Suisse, qui développa la construction du réseau ferré en Suisse grâce à de nouvelles possibilités de financement. La progression du chemin de fer entraîna, à son tour, de nombreuses évolutions économiques et modifia durablement la société. Alfred Escher, qui était à la tête des courants économiques libéraux et progressistes, incarne mieux que quiconque l’essor fulgurant de la Suisse moderne dès la seconde moitié du XIXe siècle.

Source : alfred-escher.ch

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.