compteur de site
1 min lu

Le 11 novembre 1918 , les négociations sont menées dans la voiture-salon et du wagon et après une ultime séance débutée à 2 h, l'armistice y est signé entre 5 h 12 et 5 h 20 du matin avec une mise en application sur le front fixée à 11 h du matin le jour-même. Entre les 8 et 11 novembre, peu de photographies des deux trains ont été prises, le maréchal Foch les ayant interdites. Seul un cheminot a réussi à prendre quelques photos « volées ».

Autour de la table sont assis en se faisant face :

Pour les Alliés : le maréchal Foch entouré de l'amiral de la flotte britannique Wemyss, du contre-amiral britannique Hope et du général français Weygand ;pour les Allemands : le ministre d'État Matthias Erzberger, le Generalmajor von Winterfeldt de la Deutsches Heer (l'armée de terre impériale), le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Vanselow de la Kaiserliche Marine (la marine impériale).Aux extrémités de la table se trouvent l'officier interprète français Paul Laperche (1880-1946) et le capitaine allemand von Helldorff.

Assistent également, mais en retrait, le capitaine britannique Jack Marriott et le capitaine allemand Geyer.

Dans le petit bureau-salon adjacent, au centre de la voiture et servant aux transmissions, se tiennent deux officiers français : le commandant Riedinger et le capitaine de Mierry. Dans les anciennes cuisines du wagon ont été aménagés le bureau des secrétaires, Henri Deledicq et Émile Grandchamp, ainsi que celui des cartographes.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.