compteur de site
1 min lu

Pendant des décennies, les rallyes automobiles étaient le domaine des amateurs de courses privées. L'histoire de ces courses de fiabilité est ancienne, mais pas moins intéressante pour le développement de notre société motorisée que les spectaculaires courses de Formule 1 ou, comme on l'appelait autrefois, de "Grand Prix".

Le mot à la mode "Rallye" n'est devenu populaire qu'après la Seconde Guerre mondiale. Il s'agit d'une verbalisation du mot français "rallier" et du mot scout anglais "Rally", qui ont en principe la même signification. Pourtant, ce mot était déjà utilisé en 1911 lors du premier rallye de Monte-Carlo.

L'industrie automobile d'aujourd'hui ne peut plus ignorer ce sport automobile et engage comme d'habitude des sommes très importantes dans ses véhicules spécialement préparés pour les rallyes. 

Par conséquent, les événements les plus spectaculaires sont aujourd'hui des courses purement professionnelles, comme c'est le cas des courses de Formule 1.Il est intéressant de noter que les rallyes ont eu un effet stimulant sur le développement de l'automobile, par exemple l'essuie-glace, qui a été utilisé pour la première fois lors du rallye Prince Heinrich en 1908 et dont l'inventeur est Son Altesse lui-même, le frère du Kaiser Wilhelm II.

En 1929, aux 24 heures du Mans, les pneus radiaux sont essayés pour la première fois, et au Mille Mille en 1949, le pneu à crampons est créé, sans oublier l'installation des phares à iode-halogène en 1962.

Des voitures de rallye typiques sont représentées dans ce bloc.

Le timbre d'une valeur de 60 G est imprimé cinq fois, il s'agit de la Lancia Rally 037.

Les vignettes montrent une Rally-Ford RS 200 (en haut à gauche). La scène se passe au Rallye de Suède 1986, une troisième place a été obtenue avec les pilotes Kalle Grundel et Benny Melander. Installé un moteur turbo 4 cylindres de 1,8 litre de cylindrée et d'environ 450 ch en tant que moteur central, le véhicule dispose de quatre roues motrices.

En haut à droite, la Peugeot 205 Turbo, modèle "Evolution 2". Version à traction intégrale avec moteur central, capacité de 1,7 litre, technologie 4 soupapes, deux fois championne du monde en 1985 et 1986. La Peugeot 205 a été spécialement conçue pour concurrencer l'Audi Quattro. La Peugeot était supérieure à la Quattro grâce à sa technologie de moteur central.

Au milieu à gauche, la Renault 5 Turbo. Championne du monde en 1981 à Monte-Carlo et en 1982 en Corse. L'image est tirée du Rallye Monte Carlo 1985. Cette voiture n'a rien en commun avec la R5 normale, un moteur central à 4 soupapes d'une capacité de 1,4 litres, puissance d'environ 300 cv.

Au milieu à droite, la Mini Metro Type 6R4. Vainqueur du Hunsrückrallye 1986 avec les pilotes Marc Deuz et Willi Lux, également un concept de moteur central avec quatre roues motrices similaire à la Peugeot. Construit avec un moteur 6 cylindres en V d'une capacité de 3 litres et d'environ 340 ch.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.