compteur de site
2 min lu

Charles Nungesser est un aviateur français né à Paris le 15 mars 1892 et disparu le 8 mai 1927 dans un lieu inconnu de l'Atlantique Nord ou d'Amérique du Nord.

As de l'aviation française pendant la Première Guerre mondiale, il disparaît avec François Coli lors d'une tentative de traversée Paris-New York sans escale à bord de L'Oiseau blanc.

Avec trente citations sur sa Croix de guerre, dont 28 palmes et 2 étoiles de vermeil, il est le militaire le plus décoré de toute l'armée française au xxe siècle.

En février 1916, il est grièvement blessé en s'écrasant au décollage aux commandes d'un prototype d'avion de chasse de type Ponnier M.1. Le manche à balai lui traverse le palais et lui fracasse la mâchoire, et il se fracture les deux jambes. Le 28 mars, il sort de l'hôpital sur des béquilles, refuse sa réforme et retourne à son escadrille. Il doit alors se faire porter pour entrer et pour s'extraire de son avion.

Promu officier, il participe à la bataille de Verdun et y remporte dix victoires, jusqu'au 22 juillet 1916, avant de survoler le front de la Somme. Le 27 avril 1916, il totalise cinq victoires aériennes et décroche le titre d'as de l'aviation. Il remporte neuf autres victoires homologuées au-dessus de la Somme avant la fin de l'année 1916, portant son score à 21, avec notamment un « triplé » le 26 septembre. Lors d'un vol, il tombe à court de munitions et se place alors au milieu d'avions ennemis, qui ne peuvent lui tirer dessus au risque de toucher l'un des leurs.

En 1927, en passe à de grandes difficultés financières, Nungesser forme avec François Coli le projet de rallier Paris à New York, sans même s'inscrire au prix Orteig. Depuis 1923, François Coli envisageait un vol transatlantique sans escale avec son camarade de guerre Paul Tarascon. Blessé durant un vol d'entraînement, ce dernier abandonne le projet, laissant la voie libre à Nungesser.

Le duo décolle de l'aéroport du Bourget le 8 mai 1927 à 5 h 18 à bord de L'Oiseau blanc, un biplan Levasseur à moteur Lorraine de 450 cv frappé de l'insigne de guerre de Nungesser, à destination de New York où il prévoit d'amerrir devant la statue de la Liberté14. Le 9 mai, des dizaines de milliers de personnes se pressent à Battery Park pour voir L'Oiseau blanc amerrir, mais l'avion, qui est aperçu pour la dernière fois au large des côtes irlandaises à 11 h, n'atteint jamais New York.

Au cours des années, plusieurs enquêtes et investigations furent entreprises afin de percer à jour le mystère de la disparition de Nungesser et Coli. L'appareil n'ayant jamais été retrouvé, l'hypothèse communément acceptée voudrait que l'avion se soit abîmé en mer avant d'atteindre la côte américaine, du fait d'une violente tempête ou du manque de carburant.

Source : Wikipedia

Charles Nungesser et son avion Nieuport 17, construit en 1917. Caractéristiques techniques : Propulsion par un moteur rotatif Le Rhône 9 J de 110 ch, envergure 8,22 mètres, longueur 5,74 mètres, hauteur 2,33 mètres, vitesse 177 km/h, altitude maximum 5300 mètres. Sur le bord du bloc, le même avion de chasse vu de profil, de dessus, de dessous et de côté.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.