compteur de site
2 min lu

Charles de Tricornot de Rose, baron de Tricornot, surnommé Carlo de Rose (1876-1916), est considéré comme le père de l'avion de chasse en France.

Jean-Baptiste Marie Charles de Tricornot de Rose est né le 14 octobre 1876 à Paris, fils d'Emmanuel de Tricornot de Rose (autorisé en 1875 à ajouter de Rose à son nom), lieutenant-colonel de cavalerie, et de Jeanne Marie Jacobé de Naurois.

Titulaire du premier brevet d’aviateur militaire, en 19112, il acquiert très vite de l’expérience, bat des records (altitude à 3 899 m en 1911) et s’implique dans la modernisation des appareils comme dans la théorisation de leur emploi. Rose confirme l’intérêt de l'avion en matière d’observation et de reconnaissance, notamment au profit de l'artillerie, mais surtout, recommande rapidement de l'armer pour le combat. Il est promu capitaine en 1912, l'année où l’aéronautique reçoit le statut d’arme.

Le nom du commandant de Rose est aussi associé à la bataille de Verdun, où il servit avec, sous ses ordres, les meilleurs pilotes de l'époque comme Jean Navarre, Charles Nungesser, Georges Guynemer... Début 1916 les Allemands lancent leur offensive sur Verdun et leurs escadrilles ont la maîtrise du ciel au-dessus de la bataille. Les Français ne peuvent plus observer l'adversaire. Joffre envoie alors Rose, qui rassemble ses meilleurs chasseurs, à Philippe Pétain, commandant de la place, décide, qui lance le 28 février sa fameuse phrase : « Je suis aveugle, Rose balayez-moi le ciel ! ». Quinze jours plus tard la situation est rétablie grâce au courage et à l'abnégation des pilotes français et aux nouvelles méthodes insufflées par Rose : plus de vol en solitaire à la recherche de l'exploit individuel, mais des vols en groupe. Avec sa remarquable équipe, Rose parvient à éliminer l'aviation allemande du ciel de Verdun et instaure définitivement « l'esprit chasse ».

Quelques semaines plus tard, l'effort allemand brisé, les chasseurs quittent le secteur et Rose regagne le quartier général de la 5e armée.

Le 11 mai 1916, en tournée d'inspection sur le terrain de Villemontoire près de Soissons, il décolle dans son Nieuport afin de faire une démonstration de vol au général Grosetti. Aviateur de la vieille école, Rose, ayant atteint 50 mètres, s'apprête à virer sur l'aile. Il coupe le moteur pour virer, les spectateurs présents s'attendent à entendre le moteur reprendre, mais celui-ci refuse de repartir. L'avion livré à lui-même s'écrase aussitôt, le commandant est tué sur le coup. Ainsi disparait dans le crash de son avion l'inspirateur de la chasse française dont les efforts des mois passés commençaient à porter leurs fruits.

Bloc feuillet commémoratif "Histoire de l'aviation", contenant un timbre spécial de la poste aérienne à 50 P. L'image du timbre montre le portrait du commandant d'aviation français De Rose et son avion "Nieuport 11", construit en 1916.

Données techniques : Propulsé par un moteur rotatif Le Rhône 9 C de 80 ch, envergure 7,55 mètres, longueur 5,80 mètres, hauteur 2,45 mètres, vitesse 156 km/h, altitude maximale 4600 mètres.

Sur le bord du bloc, l'avion de chasse allemand "Albatros D Va Blitz", construit au début de 1918. Données techniques : Propulsion par un moteur en ligne Mercedes D IIIa de 170/185 ch refroidi par eau, envergure 9,05 mètres, longueur 7,33 mètres, hauteur 28,85 mètres, vitesse 187 km/h, altitude maximale 6250 mètres. En plus des avions de chasse pendant un combat aérien, l'image montre une armée médiévale montée pendant une attaque, sans aucun rapport avec le thème de l'aviation.

Le timbre et l'image du bloc sont couronnés par une branche de laurier et une branche de feuille de chêne.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.