compteur de site
1 min lu

Ludwik Hirszfeld est né à Varsovie le 5 août 1884 et mort à Wrocław, 7 mars 1954. C'était un microbiologiste et sérologiste polonais que l'on considère comme un des codécouvreurs du système ABO. Il a créé un laboratoire de recherche médicale à l'Institut d'État d'Hygiène en Pologne peu de temps après la Première Guerre mondiale.

Quand éclata la Première Guerre mondiale la Serbie fut ravagée par des épidémies de typhus et de dysenterie bacillaire. En 1915 Hirszfeld demanda à y travailler et resta avec l'armée serbe jusqu'à la fin de la guerre, exerçant les fonctions de conseiller en sérologie et bactériologie. C'est à cette époque qu'à l'hôpital pour maladies contagieuses de Salonique il découvrit le bacille Salmonella paratyphi C, aujourd'hui nommé Salmonella hirszfeldi. Après la fin de la guerre Hirszfeld et sa femme revinrent à Varsovie, où il créa un institut sérologique polonais sur le modèle de l'Institut Ehrlich pour la thérapie expérimentale à Francfort. Il devint bientôt directeur adjoint chargé des recherches scientifiques à l'Institut d'hygiène de Varsovie et, en 1924, y fut nommé professeur. En 1931 il fut appelé comme professeur titulaire à l'université de Varsovie et participa à de nombreux comités internationaux.

Après l'occupation de la Pologne par l'armée allemande Hirszfeld fut démis de ses fonctions à l'Institut d'hygiène comme « non-aryen » ; des protections lui permirent de continuer son travail scientifique chez lui jusqu'en février 1941, mais il lui était pratiquement impossible de publier.

Le 20 février 1941 Hirszfeld fut forcé de s'installer dans le ghetto de Varsovie avec sa femme et sa fille. Il y organisa des mesures antiépidémiques et des campagnes de vaccination contre le typhus et la typhoïde, en même temps qu'il donnait des cours de médecine en secret. En 1943 avec sa famille il réussit à s'enfuir du ghetto et ils parvinrent à survivre cachés sous de faux noms et changeant de cachette sans arrêt ; la même année sa fille mourut de la tuberculose.

Quand une partie de la Pologne fut libérée en 1944, Hirszfeld participa immédiatement à la création de l'Université de Lublin dont il devint le prorecteur. En 1945 il devint directeur de l'Institut de microbiologie médicale à Wrocław et doyen de la faculté de médecine. Jusqu'à sa mort il enseigna à l'Institut, aujourd'hui affilié à l'Académie polonaise des sciences et qui a pris son nom.

Hirszfeld a reçu de nombreux honneurs, y compris des doctorats honoraires des universités de Prague (1950) et de Zurich (1951). Il a écrit presque 400 travaux en allemand, en français, en anglais et en polonais, un grand nombre en collaboration avec d'autres chercheurs célèbres et beaucoup avec sa femme.

Source : Wikipedia

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.