compteur de site

Maurice Burrus, industriel et philatéliste passionné


1 min lu

Maurice Burrus, né le 8 mars 1882 à Sainte-Croix-aux-Mines (Haut-Rhin), et mort le 5 décembre 1959 à Lausanne (Suisse) est un homme politique français, entrepreneur, philatéliste et mécène.

Maurice Burrus appartient à une famille d'industriels établie en Suisse au début du xixe siècle à Boncourt, dans l'actuel canton du Jura, en raison des décrets napoléoniens étendant le monopole de l'État français sur la fabrication des tabacs. La famille s'installe en Alsace sous domination allemande en 1872 et crée la manufacture de tabacs et cigarettes de Sainte-Croix-aux-Mines. Maurice Burrus fait ses études à Dole, puis au collège Stanislas à Paris. Bachelier, il part pour Hanovre en vue de s'initier à la langue allemande et à la pratique bancaire. De retour à Sainte Croix-aux-Mines, il prend la direction de la Manufacture des tabacs familiale. Il voyage en Asie mineure, au Canada et aux États-Unis. Maurice Burrus fait fortune. Il subventionne de nombreuses associations en Alsace. Il construit de grandes résidences en France ou à l'étranger. Il achète la fameuse forêt de Saoû dans la Drôme où il trouve une immense demeure et fait construire une réplique du Petit Trianon de Versailles (l'« Auberge des Dauphins »).

Député de 1932 à 1940, il vote la loi du 10 juillet 1940 confiant à Philippe Pétain les pleins pouvoirs.

Il est expulsé d'Alsace, ses propriétés à Sainte Croix-aux-Mines sont confisquées par les allemands et sa villa est transformée en école d'administration pour officiers invalides de guerre.

Après la guerre, il est soupçonné de collaboration avec l'ennemi, ce qui lui vaut son inéligibilité en 1946. En fait les soupçons qui lui sont reprochés reposent principalement sur le fait qu'il a voté la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 donnant les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain. Tous les députés ayant voté cette même loi furent condamnés à la même peine. L'ami de Maurice Burrus, le maire de Vaison-la Romaine, Ulysse Fabre connaîtra la même déconvenue à la Libération.

Maurice Burrus constitua également une importante collection de timbres-poste rares, dont le catalogue de vente dans les années 1960 est considéré comme un ouvrage de référence. Il fut un des premiers membres de l'Académie de philatélie, de décembre 1928 à sa mort. En 1955, il est invité à signer le Roll of Distinguished Philatelists.

En 1968, la poste du Liechtenstein lui accorde un timbre dans une série sur les grands philatélistes. (ci-dessus)

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.